Festin


Après avoir englouti
l'immeuble d'en face
l'ombre plante ses crocs
dans le petit 
matin tendre

Spot


À croire que
ce silence
n'a pas trouvé
meilleur endroit
pour se poser
qu'entre cette
question stupide
et cette
réponse maladroite

Il attend toujours


La plus belle chose
qui lui soit arrivée
a du rester
bloquée en route

Utopie


À l'entretien d'embauche
on ouvrirait son livre
on lirait
des poèmes
et tout le monde
serait content

Le brouillard


Le brouillard dehors
se dissipe
le brouillard dedans
persiste
Il ne se coupe pas
au couteau
Il s'apprivoise
Chacune de
tes pensées
est une caresse

Tellement simple


Il suffirait de briser
le verre 
à moitié plein
le verre 
à moitié vide

Stop


Un souvenir
fait du stop
dans une zone reculée
de son cerveau
Soudain le temps
s'arrête

Garder une trace


Avant qu'il ne s'efface
complètement et pour
garder une trace de lui
son ombre le souligne

Courage


Il faut plus
de courage
que tu crois
pour en manquer

Loupé


J'aurais tellement aimé
aller au bout de
ce poème
sans une once
de vulgarité
bordel de merde

Pas trop saignant - Libération


Merci à Virginie Bloch-Lainé pour son papier dans Libé !

Nuit étoilée


Il y a une nuit
dans son sourire
et son regard
mais c'est une nuit
pleine d'étoiles

Bzz bzz bzz


Je me demande
quelle mouche
ne l'a pas piqué

La belle vie


Dans la carcasse
les vers sont
au taf
24 sur 24
Pas besoin de pause
de prime de Noël
d'augmentation
de RTT
et encore moins de
tickets resto

Paradoxe


L'hiver
ne prend pas
de gants

Retour au rêve


Un nouveau p'tit billet sur Pas trop saignant ICI, merci à son auteur !

Non-dit


Il m'arrive souvent
d'y repenser
et de mettre
en pratique
ce que tu ne m'as
pas dit
l'autre jour

Rage


Tout est
encore désert et
l'aube sort
la lumière en laisse
muselée
un filet de bave
entre les dents

À sa place


Il se lève
l'horizon le scrute
boit son café
fume sa clope
lui chie
dans les bottes

Au fond du trou


Creuser profond
dans son crâne
pour y trouver
une idée
tomber sur
un souvenir

Mal foutu


L'hiver est un été
qui boîte
un printemps avec
des milliards d'os
qui craquent

Poésie et évasion


Un petit retour de lecture sur Pas trop saignant, qui parle très justement de poésie et d'évasion, à lire ICI !
Merci à l'auteur de ce billet.

Minutie


Chaque goutte 
de pluie transforme 
tes espoirs
en dentelle

Boucle d’œil chez Libfly


Magali et moi répondons à quelques questions d'Aurélie à propos de Boucle d’œil, paru chez Nuit myrtide en 2010. Ça se passe sur LIBFLY !
(Au passage, une petite chronique sur les boucles bien sympa ICI, merci à Zazy).

L'an prochain je publierai d'ailleurs, oh joie, un nouveau bouquin chez Nuit myrtide : "Maudire le béton".

En garde


Dormir serait
une prise
de karaté
rester couché
la crème de
l'auto-défense

Formule


Veuillez croire
Madame
Monsieur
en l'assurance
de ce poème distingué

Mal vu sous cet angle


En effet
tu as raison
Il y a plusieurs façons
de ne pas voir
les choses

Prem's


Le premier rayon
Celui qui n'a pas
attendu les autres
Celui qui ne brûle
pas encore
qui réchauffe
juste un peu
juste ce qu'il faut
Qui ne ferait pas
cuire un œuf
sur un capot de voiture
Ce premier rayon-là
a valeur
de sourire