"Un antidépresseur de qualité"


Un p'tit retour ICI, entre deux averses.
Merci à son auteur !

Ce que certains à priori peuvent être cons


Au fond du bus
elle dévore Lovecraft
Son rouge à lèvres
est assorti
à ses chaussures vernies
C'est marrant
impossible de dire pourquoi mais
je n'aurais jamais imaginé
une fille comme elle
flirter avec Lovecraft
de bon matin
Et pourtant la voilà
du haut de ses 90 balais
s'enfonçant lentement dans
les montagnes hallucinées

Frisson


Cette goutte
dans le cou
tout juste passé
le pas de la porte
vaut mieux que
tous les longs discours

Poum tchak


Lumière bruyante
murmure des ombres
rythme effréné
de la trotteuse
avant le rendez-vous
Concert privé
dans ma salle de bains

Slalom


Ces heures
passées ensemble
roulant à contresens
sur l'autoroute
de l'ennui

En rampant


Fauché
en plein rêve
comme un oiseau
tombé du lit

À ce rythme-là

© photo : Phillippe Dejean

Vous verrez
Bientôt la vitesse
à laquelle vont les choses
nous poussera même à
résumer nos poèmes

Bulletin météo


On dirait bien qu'aujourd'hui
il ne fait beau
qu'à l'intérieur de toi

Tu feras moins le malin


Attends un peu
qu'ils inventent
un radar
pour les excès
de confiance

Mini jupe


Notre existence
est courte
la mort a
de belles cuisses

Se contenter de peu


Il s'assoit
commande un café
offre un sourire
à la serveuse
avale son café
se lève
récupère son sourire
un peu froissé
rien de grave
Ce sera à peu près tout
pour aujourd'hui

Divination


4h du mat'
Le marc de café est
on ne peut plus clair
Va te recoucher

Effeuillage


Un nuage glisse
le long de ses jambes
L'horizon
est à poil

Faire confiance

© photo :Gerard Waller

Tout ce que
le jour
nous réserve
sans verser
le moindre acompte

Pataugeoire


Cherche un bonheur
de taille respectable
où apprendre
à nager

Tuning


Tu es
la 5ème roue
du carrosse mais 
la seule pourvue
d'une jante chromée

Publication - Maudire le béton - Nuit Myrtide - Avril 2017


"Il y aura
la chair animale
la peau verte
de nos récoltes
et si l'eau vient à manquer
nous boirons
les larmes
de nos enfants"


"L'immensité
nous lèchera les yeux
nous chatouillera les pieds
nous serrera fort
contre ses orages
Nous calquerons notre pouls
sur le sien"


Maudire le béton
Éditions Nuit Myrtide
126 pages
13 euros


Mon p'tit dernier vient d'arriver. Il sera dispo en avant-première ce week-end au salon de l'édition contemporaine à Lille (Maison Folie Wazemmes). Merci à Dimitri pour son taf toujours irréprochable !

Pour le commander, c'est ICI


En miettes


On ne peut
pas encore
voyager dans le temps
C'est pas plus mal
certains souvenirs
sont tellement
plus jolis
en miettes

Déjà ça


Il rallume
sa clope
elle arrose
ses fleurs
ils se lancent
une balle en riant
lui plante ses crocs
dans un vieil os
Je cherche obstinément
un lien quelconque
entre eux
Ce matin je crois que
chacun à leur manière
il m'empêchent
d'être seul

Le monde porte des santiags


À sa botte
le soleil
comme éperon
À sa tête 
7 milliards
de bandits

Coûte que coûte pas cher


À n'importe
quel prix
d'ami

Les rêves ont un prix


Il m'appelle pour
me vendre
une assurance
de maison
(je tiens à préciser que
je ne suis pas propriétaire)
L'argumentaire
est long
plat
ennuyeux
Un chat écrasé
au bord de la route
Il voit bien que
j'en ai rien à secouer
et me vend finalement
du rêve mais
je n'ai pas
les moyens

Laissé-pour-compte


Le contenu
le contenant
On ne parle jamais
du buveur

J'connais l'chemin


Je retournerais
dans ce rêve
les yeux fermés

Mi casa es su casa


Un jour
dans lequel
tu entres facilement
Un jour
qui aussitôt
te met à l'aise
et te murmure
fais comme chez toi

Qu'est-ce qui ne tourne pas rond ?


Je me demande bien
ce qu'ils se
demandent mal

Doigt dans l'œil


C'est à celui
qui sera
par-ci
C'est à celui
qui fera
par-là
Ah la la
quand ils vont
se rendre compte
que ce n'est pas
à celui-là