Changement de programme


Je ne vais pas
y aller
par 4 chemins
D'ailleurs
je ne vais pas
y aller du tout

Aube


Ce moment délicieux
où la nuit devient 
l'esclave du jour

Welcome


Plus il se rapproche
plus ce sourire ressemble
à une escale
à une porte 
ouverte
à une maison 
abandonnée
Illico presto
il emménage

Poème qui s'apprête à éternuer


Ce matin 
le ciel
...
...
...
...
...

Kif kif


Tu peux 
bien penser 
ce que tu veux
Je préfèrerai toujours
et de très loin
les rêvasseries
aux cauchemardinages

Un comble


3600 secondes d'attente
pour découvrir que
l'ophtalmo a
le regard
qui se croise

Grrnllrrrrgngn


UN MOT
plus haut
que les autres

La solitude


Un épi
sur le dos
du vent
Mes amis Gomina

Ventre plein


Le soir la ville 
avale 
les ombres
picore
les bruits
recrache
des rêves
digère tout ça
difficilement
La nuit
on peut entendre
ses rues
gargouiller

Croche-patte


Le temps
nous rattrape
une main
sur l'épaule
un genou
dans les côtes

Nez à nez


Tout 
au
bout
du
long
fil
qui
descend
du
plafond
des
toilettes
une énorme araignée poilue

Une phrase au loin


Ce matin l'horizon
pourrait être
remplacé par
quelques mots
en équilibre

Vous aussi ?


Comme un escargot
qui s'est assoupi
sur une fusée

Choix par défaut


La peste
le choléra
Allez vas-y pour
la grippe

Nécrologie et confiture


Un article sur Pas trop saignant dans Le populaire du centre, avec un petit clin d’œil à l'un de mes vieux blog, "Nécrologie et confiture", que je déterre pour l'occasion !
Merci à Jean-Marc Laurent pour ce retour de lecture.

Ordonnance


Un horizon dégagé
pour la vue
quelques embruns
pour la respiration
des souvenirs
en poudre
pour la mémoire
deux trois
rêves éveillés
pour le sommeil

La colle


Elle lui demande
où vont les yeux
quand on ferme
les paupières
Il lui répond
qu'ils attendent
bien sagement
la réouverture des portes
Et quand on est mort alors
ils doivent attendre
un sacré bout de temps

Pourtant cet air reste dans la tête


Ce n'est pas
ce vieil air entraînant
siffloté par un type
sortant des chiottes
qui y changera
quelque chose
Chaque café
posé par
la serveuse
sur le comptoir
est un pan
de son avenir
qui s'assombrit

Fragments d'os


Il m'a serré
la main
si fort
Prochaine fois
je lui fais
la bise

L'organisation sera-t-elle à la hauteur ?


À quelle sauce
sera-t-on mangé
y aura-t-il
des rince-doigts

Motus


Je me le
demande bien
Je ne me
réponds pas

Librairie des Volcans


Je serai ce soir, à partir de 17h30, en compagnie de Pierre Raufast, pour une rencontre à la librairie des Volcans à Clermont-Ferrand. On y parlera notamment de baleines et de plein d'autres choses... Avis aux amateurs.

Ce qui vous fait plaisir (dans la mesure du raisonnable)


Disons que
ce poème est
une petite boîte
Vous mettrez
ce que vous voulez
dedans

Tout à fait anormal


Que veux-tu
c'est comme ça
c'est dans
le désordre
des choses

Immaculé


Se sent
enfin comme
la surprise
au fond
d'un paquet
de lessive

Va et vient

© photo : Herbert Basedow

Ce souvenir
te rattrape
comme un boomerang
Il te relance

Fast-food


Au fast-food
des sentiments
elle l'aime
un peu
pense à lui
rapidement
le touche à peine
Le temps de
se rendre compte
de son oubli
il est déjà parti

Smile


Tant que
les non-dits
sont remplacés
par des sourires